Prendre
rendez-vous
Vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone ou par mail:
01 53 59 88 09 (Espace Médical Vauban)
01 86 86 75 05 (Clinique du Sport)
dr.roure@orange.fr Prendre rendez-vous via Doctolib
Seule une partie de l'agenda est accessible sur Doctolib
  • Roure_chirurgie orthopedique_1
  • Roure_chirurgie orthopedique_2
  • Fotolia_8795494_M
  • Roure_chirurgie orthopedique_4

❰ Retour aux actualités

La tendinite de l'épaule, talon d'Achille du nageur

La tendinite de l'épaule, talon d'Achille du nageur

Fréquente chez le sportif ou apparaissant simplement avec l’âge, la tendinite de l’épaule, appelée aussi « épaule du nageur » dans le monde de la natation, est une inflammation douloureuse et handicapante au quotidien, touchant les tendons de la coiffe des rotateurs de l’épaule. Elle est favorisée notamment par les mouvements répétés, et représente une menace dans l’entraînement de tous les nageurs réguliers.

Dans les cas les plus graves, la tendinite peut aboutir à une rupture des tendons de la coiffe des rotateurs de l’épaule, pouvant conduire alors à une opération chirurgicale.

Espérons que cela n’arrive pas à l’un des 33 sportifs français qui participeront au 34ème Championnat d’Europe de Natation

Comment est structurée l’épaule ?

Elle se compose de trois os qui s’articulent entre eux pour permettre à la fois d’effectuer des mouvements d’élévation et de rotation : la clavicule, l’humérus et l’omoplate ou scapula. Pour assurer une bonne mobilité de l’humérus, quatre tendons, non visibles car situés sous le gros muscle deltoïde, viennent en « coiffer » la tête comme une sorte de chapeau : c’est la fameuse coiffe des rotateurs.

La tendinite correspond à une inflammation du tendon, dans son épaisseur, ou sur ses faces superficielle et profonde. Le plus souvent, elle concerne le tendon sus-épineux, mais peut s’étendre aux tendons voisins, sous épineux et long biceps, provoquant des douleurs irradiant dans le bras.

Une rupture de la coiffe des rotateurs peut survenir lorsque ce phénomène aboutit progressivement à une altération des fibres tendineuses.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Il existe quelques précautions à prendre pour éviter une tendinite de l’épaule :

  • La pratique intensive d’un sport (natation, tennis, golf) nécessite un bon étirement de la zone avant et après l’exercice, et une technique maitrisée. Un bon échauffement est aussi utile pour chauffer progressivement le muscle.
  • Si le bras est sollicité et que l’élévation du bras est répétée durant une activité professionnelle, une hydratation appropriée et des pauses régulières sont alors vivement conseillées.
  • Ecouter son corps est très important : il faut savoir diminuer ou arrêter temporairement l’activité en cours en cas de sensations de brûlures ou de douleurs, et observer une période de repos avant de la reprendre.
  • Pour les personnes sujettes aux tendinites, il est préférable de réduire sa consommation de tabac, voire de l’arrêter pour empêcher l’apparition ou l’aggravation des symptômes, mais également permettre une cicatrisation plus rapide. En effet, fumer entraîne une modification de la circulation sanguine des tendons de la coiffe et ralentit l’irrigation de la zone.

Comment se soigne une tendinite de l’épaule ?

Dans un premier temps, le traitement est fonctionnel et médical. Le médecin prescrit des anti-inflammatoires et des antalgiques pour soulager la douleur du patient. Des séances de kinésithérapie aident à retrouver la mobilité et à rééquilibrer les muscles de l’épaule afin que celle ci reste le plus centrée possible.

Une mise au repos temporaire, et une rééducation sportive spécifique adaptée à la discipline pratiquée sont souvent indispensables.

En cas de persistance ou d’aggravation malgré tout des symptômes de tendinite, l’intervention chirurgicale est alors proposée.

L’opération est réalisée sous arthroscopie, grâce à quelques micro-incisions permettant d’introduite un système optique et des instruments miniaturisés dans l’épaule, ce qui optimise la précision des gestes chirurgicaux et la récupération.

Le chirurgien enlève les membranes inflammatoires au contact des tendons enflammés, et lime l’acromion de manière à leur donner plus de place pour fonctionner, ce que l’on appelle « acromioplastie ».

En cas de rupture des tendons, il s’agit alors de les refixer sur la tête de l’humérus. Pour cela, le chirurgien insère des ancres de quelques millimètres dans l’os, sur lesquelles sont fixés des fils qui viennent amarrer les tendons sur l’humérus, qui vont ensuite progressivement cicatriser.

L’épaule est ensuite mise au repos par une écharpe pendant quelques semaines en fonction des lésions, avant de démarrer la rééducation.