Prendre
rendez-vous
Vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone ou par mail:
01 53 59 88 09 (Espace Médical Vauban)
01 86 86 75 05 (Clinique du Sport)
dr.roure@orange.fr Prendre rendez-vous via Doctolib
Seule une partie de l'agenda est accessible sur Doctolib
  • Roure_chirurgie orthopedique_1
  • Roure_chirurgie orthopedique_2
  • Fotolia_8795494_M
  • Roure_chirurgie orthopedique_4

❰ Retour aux actualités

Le syndrome du canal carpien, un problème récurent chez le joueur de squash

Le syndrome du canal carpien, un problème récurent chez le joueur de squash

La pratique du squash sollicite force et mobilité au niveau du poignet et de la main pour tenir la raquette, avec des phénomènes de vibration liés aux impacts répétés, exposant ainsi fréquemment les joueurs au syndrome du canal carpien. 

Un problème qui pourrait être très handicapant pour les participants au prochain Championnat d’Europe Hommes 2018 !

En effet, douleurs, tremblements, engourdissements ou perte de force musculaire peuvent survenir en cas de compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien.

Quelles sont les causes du syndrome du canal carpien ?

Le nerf médian, issu des racines nerveuses venant du rachis cervical, chemine dans le bras et l’avant bras avant de s’engager dans un étroit canal au niveau du poignet, qu’il partage avec les tendons fléchisseurs des doigts, appelé canal carpien.

Ce nerf va ensuite donner la sensibilité du pouce, de l’index, du majeur et d’une partie de l’annulaire, il commande également une partie des muscles situés à la base du pouce.

La compression du nerf lors de son passage dans le canal carpien, souvent liée au gonflement des tendons fléchisseurs, entraîne une souffrance nerveuse avec apparition des premiers symptômes du syndrome du canal carpien : sensation de fourmillement des doigts, au début lors de l’effort, puis la nuit, et ensuite de façon permanente, perte de sensibilité et engourdissements, perte de force, voir douleurs irradiant dans le bras.

Il devient alors très difficile de réaliser de nombreux gestes du quotidien, et de jouer au squash….

C’est pourquoi, il est préférable de ne pas attendre pour consulter un médecin ! L’handicap peut ensuite devenir irréversible !

Ce trouble peut être causé par un exercice physique intense ou la pratique répétée de mouvements qui sollicitent la main et/ou le poignet, comme par exemple :

  • Les joueurs de golf, de tennis, de squash ou de badminton, les pilotes de moto…
  • Les métiers de manufacture comme l’emballage qui demande des gestes de flexion, de tension et d’extension du poignet, et aussi l’utilisation chronique du clavier chez certaines personnes.
  • Les activités extra-professionnelles comme le jardinage, les travaux de décoration, et de nombreuses autres encore…
  • Et aussi l’âge avançant….

Quelles sont les solutions pour le soigner ?

Un électromyogramme est en général d’abord prescrit, permettant d’évaluer l’importance de la compression du nerf médian au niveau du canal carpien.

Lorsqu’il s’agit d’un stade débutant, une infiltration peut suffire pour améliorer, au moins dans un premier temps, les symptômes, avec le port d’une attelle de repos nocturne et  adaptation si possible de la gestuelle.

Si la compression est importante, ou en cas d’échec ou de récidive après infiltration, une intervention chirurgicale est alors indiquée.

Elle consiste à redonner de la place au nerf médian en sectionnant le ligament antérieur, qui constitue une des parois du canal carpien, ce qui va l’agrandir.

Cette intervention se fait sous anesthésie régionale, dans la journée, et au mieux par endoscopie, c’est à dire en introduisant par une incision de quelques millimètres dans les plis du poignet une mini-caméra, ce qui permet une récupération très rapide de l’usage de la main.

Quels sont les résultats de l’opération ?

À la suite de l’acte chirurgical, les sensations de fourmillements et d’engourdissement disparaitront dès la première ou la deuxième nuit, des douleurs à l’effort avec perte de force pouvant cependant persister plus longtemps.

La récupération est ensuite normalement complète avec reprise de l’ensemble des activités, sans restriction !