• Roure_chirurgie orthopedique_1
  • Roure_chirurgie orthopedique_2
  • Fotolia_8795494_M
  • Roure_chirurgie orthopedique_4

KYSTE SYNOVIAL

kyste synovialC’est une tuméfaction qui se développe principalement au niveau de la face antérieure ou postérieure du poignet, ou au niveau de la face antérieure des doigts.
Le développement peut être brutal ou progressif sur plusieurs mois, parfois marqué par des périodes de disparition.

Le kyste peut être indolore ou au contraire entraîner des douleurs locales ou irradiantes à distance dans la main ou vers le coude.

Le kyste synovial est tout à fait bénin, et ne représente habituellement une gêne que par ses conséquences esthétiques ou par la compression des autres structures anatomiques (tendons, nerfs, vaisseaux).


1.ORIGINE :

Le kyste synovial au niveau du poignet vient en général de l’articulation, souvent au départ en rapport avec une lésion cicatricielle ligamentaire, entraînant une irritation de la membrane articulaire, puis une poche remplie de sécrétion se présentant comme de la gelée.
Au niveau des doigts, les kystes sont souvent issus de la gaine du tendon fléchisseur.


2.DIAGNOSTIC :

Il se fait lors de la consultation. Les examens complémentaires sont en général peu utiles, si ce n’est parfois un bilan radiologique simple.
Des examens plus poussés, notamment au niveau du poignet, seront réalisés si on suspecte une lésion sous jacente plus grave.


3.TRAITEMENT :

Un traitement n’est pas toujours nécessaire. Si le kyste est indolore, bien supporté, il peut tout à fait être laissé en place. Je déconseille personnellement d’écraser le kyste car ce geste est douloureux et souvent peu efficace.
Une ponction à l’aiguille éventuellement associée à une injection de corticoïde peut être proposée, mais avec un taux de récidive très élevé.
En cas de kyste fonctionnellement ou esthétiquement gênant, présent depuis plus de 4 mois, un traitement chirurgical peut être proposé. Celui-ci consiste à enlever l’ensemble du kyste, et à traiter dans la mesure du possible les lésions responsables. Cette intervention est réalisée par une courte incision au niveau des doigts, elle peut être réalisé par arthroscopie au niveau du poignet.


4.INTERVENTION CHIRURGICALE :

- durée : ambulatoire (pas de nuit à la clinique).
- anesthésie : régionale
- un garrot est placé à la racine du membre de façon à empêcher tout saignement

1. Chirurgie arthroscopique : Cette technique s’applique au kyste du poignet. Elle consiste, au moyen d’une caméra et d’instruments miniaturisés introduits dans l’articulation par en général 2 courtes incisions, à enlever la totalité du kyste par l’intérieur, et à repérer et traiter les éventuelles lésions ligamentaires pouvant favoriser l’apparition du kyste.
L’avantage par rapport à la chirurgie à ciel ouvert est esthétique (incision minime), et permet une récupération fonctionnelle plus rapide.
Je mets en général en place une immobilisation par attelle pour dix à quinze jours, quelques séances de rééducation peuvent être ensuite nécessaires.

2. chirurgie à ciel ouvert : Dans le cadre de kyste du poignet d’accès difficile par endoscopie, une incision en regard peut être nécessaire afin de procéder à leur ablation.
Au niveau des doigts, une courte incision est réalisée pour enlever les kystes développés à partir du canal digital.


5.SUITES OPERATOIRES :

Une attelle de poignet est mise en place pour 10 à 15 jours, les doigts sont libres.
Quelques séances de rééducation peuvent être ensuite nécessaires.
L’arrêt de travail est variable en fonction de la profession, les activités sportives avec le poignet reprise après 1 mois.


6.COMPLICATION OPERATOIRE :

- La récidive est la plus fréquente des complications, dans 5 à 10% des cas.
- Un gonflement initial du poignet ou du doigt, une gêne avec limitation fonctionnelle peut survenir pendant quelques semaines.
- Un petit kyste peu apparaître sur les orifices d’introduction lors de l’endoscopie pendant quelques semaines, puis la plupart du temps disparaît.
- Les infections sont toujours possibles, mais rares.
- La cicatrice peut parfois être douloureuse, voir inesthétique sur le poignet en fonction des individus.
- Une algoneurodystrophie peut, comme pour toutes interventions, apparaître, se manifestant par une main gonflée, douloureuse, raide, avec une évolution évoluant sur plusieurs mois. Son apparition est imprévisible, des séquelles à type d’enraidissement et de douleurs sont alors possibles.