• Roure_chirurgie orthopedique_1
  • Roure_chirurgie orthopedique_2
  • Fotolia_8795494_M
  • Roure_chirurgie orthopedique_4

TENDINOPATHIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

Il s’agit d’une lésion, dégénérative ou traumatique, intéressant les tendons de la coiffe des rotateurs, qui sont source de douleurs et d’handicap fonctionnel très fréquents, en particulier après l’age de 40 ans. Ces tendons sont la partie terminale des muscles entourant la tête de l’humérus et s’insérant au niveau de l’omoplate d’une part, et sur l’extrémité supérieure de l’humérus d’autre part, permettant ainsi l’élévation du bras et les mouvements de rotation.
Ces tendons ont la particularité d’être pris « en sandwich » entre la tête de l’humérus et l’acromion, qui est une « excroissance » de l’omoplate située sur le dessus de l’épaule. Avec le temps, ou à la suite de traumatismes ou de mouvements répétitifs, ces tendons se trouvent soumis à un frottement répété, qui peut être favorisé par la formation d’un bec osseux sous l’acromion, venant alors cisailler progressivement les tendons. Ce phénomène, associé à un amincissement physiologique des tendons avec l’age, peut aboutir à une irritation ou une rupture partielle ou complète des tendons, à l’apparition de calcification. On peut donc distinguer dans ces atteintes de la coiffe des rotateurs, trois grands groupes de lésions :

  • le conflit sous acromial, ce qui correspond à une usure sans rupture complète des tendons.
  • La tendinopathie calcifiante de l’épaule, des dépôts de type calcaire se forment dans les tendons irrités de la coiffe des rotateurs, entraînant souvent des douleurs importantes.

La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs, il s’agit du stade avancé de cette pathologie, dont la taille et la gravité peut être variable, et pouvant entraîner à terme, outre des douleurs, un déficit complet d’élévation du bras et une arthrose destructrice de l’épaule.