Prendre
rendez-vous
Vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone ou par mail:
01 53 59 88 09 (Espace Médical Vauban)
01 86 86 75 05 (Clinique du Sport)
dr.roure@orange.fr Prendre rendez-vous via Doctolib
Seule une partie de l'agenda est accessible sur Doctolib
  • Roure_chirurgie orthopedique_1
  • Roure_chirurgie orthopedique_2
  • Fotolia_8795494_M
  • Roure_chirurgie orthopedique_4

ARTHROSE ACROMIO CLAVICULAIRE - LUXATION DE LA CLAVICULE


1.DEFINITION :

L'arthrose acromio-claviculaire de l'épaule est une usure de l’articulation entre le bord externe de la clavicule et l’acromion, c'est-à-dire la partie supérieure de l’omoplate. Cette usure peut être favorisée par des mouvements répétitifs en rapport avec le poste de travail, des activités de bricolage ou une discipline sportive. L'arthrose acromio-claviculaire de l'épaule est une lésion sans gravité mais pouvant entraîner des douleurs handicapantes avec limitation de la fonction de l’épaule.


2.DIAGNOSTIC :

Le diagnostic de l'arthrose acromio-claviculaire de l'épaule se fait essentiellement lors de l’examen par le médecin, qui retrouvera une douleur à la pression de cette articulation et lors de certains mouvements, notamment lorsqu’il s’agit de mettre la main par-dessus l’épaule opposée. Des examens complémentaires sont nécessaires, avec radiographies et quelque fois scanner ou IRM.


3.TRAITEMENT :

Le traitement de l'arthrose acromio-claviculaire de l'épaule est dans un premier temps médical avec antalgiques, anti inflammatoires ou infiltration de corticoïde dans l’articulation, au mieux sous contrôle radiologique.
En cas de persistance de douleurs handicapantes, et lorsque ces douleurs entraînent une nette altération de la fonction de l’épaule préjudiciable à la vie quotidienne du patient ou à la poursuite de ses activités sportives, une solution chirurgicale peut alors être proposée.
Dans ce cas, la chirurgie n’est pas obligatoire, et se fait toujours à la suite de la demande du patient désirant être amélioré.
L’intervention consiste à enlever la partie terminale de la clavicule sur environ 1 cm, de façon à supprimer le frottement entre le cartilage usé de la clavicule et celui de l’acromion au niveau de l’articulation. Cette intervention se fait par arthroscopie ou par une courte incision sur le dessus de l’épaule.


4.INTERVENTIONS :

  • Anesthésie : générale ou régionale dans certains cas,
  • Hospitalisation : ambulatoire ou 1 nuit d’hospitalisation après l’intervention

Immobilisation : bras au repos par écharpe deux à quatre semaines
L’intervention peut se dérouler par endoscopie, selon les mêmes procédures que pour la chirurgie de la coiffe des rotateurs, notamment lorsqu’il existe une lésion associée de la coiffe des rotateurs. Une fraise rotative miniaturisée est alors introduite dans l’articulation et la partie terminale de la clavicule sera réséquée par l’intérieur. En cas d’arthrose isolée acromio-claviculaire, une intervention à ciel ouvert pourra également être proposée. Une courte incision sur le dessus de l’épaule sera alors réalisée permettant d’enlever par le dessus la partie la plus latérale de la clavicule supprimant ainsi le conflit.

  • Suite opératoire : une mise au repos par écharpe est mise en place pendant deux à quatre semaines, la main restant libre. Un programme d’auto rééducation est débuté dés le deuxième jour, il vous sera expliqué par le kinésithérapeute lors de votre hospitalisation. Un programme de rééducation active chez le kinésithérapeute est débuté aux environs d’un mois après l’intervention. Les activités sportives avec l’épaule peuvent débuter environ deux mois après l’intervention. Des douleurs peuvent encore persister plusieurs mois, mais sont en général nettement améliorées au bout de trois mois.

Complications : l’évolution est toujours longue, le patient doit être motivé aussi bien pour l’intervention, l’immobilisation ainsi que pour la rééducation afin d’avoir les résultats les meilleurs possibles.

En cas de lésions dégénératives importantes, il peut persister des douleurs et un enraidissement de l’épaule fonctionnellement handicapant.

  • Les douleurs : persistent souvent pendant plusieurs mois après l’intervention, l’amélioration n’est à attendre qu’au bout de trois mois.
  • l’algoneurodystrophie : peut, comme pour toutes interventions, apparaître, se manifestant par une épaule douloureuse, raide, avec une évolution évoluant sur plusieurs mois. Son apparition est imprévisible, des séquelles à type d’enraidissement et de douleurs sont alors possibles.
  • L’infection : l’arthrite septique est rare mais elle est toujours possible, et peut alors nécessiter un traitement adapté ou une ré intervention.
  • L’hémarthrose. C'est-à-dire l’apparition d’un épanchement par saignement intra articulaire, pouvant nécessiter une ré intervention.
  • Une cicatrisation inflammatoire. En fonction des types de peaux.
  • Un enraidissement de l’épaule, pouvant mettre plusieurs mois à régresser ou persister, en fonction des sujets