Prendre
rendez-vous
Vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone ou par mail:
01 53 59 88 09 (Espace Médical Vauban)
01 86 86 75 05 (Clinique du Sport)
dr.roure@orange.fr Prendre rendez-vous via Doctolib
Seule une partie de l'agenda est accessible sur Doctolib
  • Roure_chirurgie orthopedique_1
  • Roure_chirurgie orthopedique_2
  • Fotolia_8795494_M
  • Roure_chirurgie orthopedique_4

ENTORSE DU POUCE


1.DEFINITION :

entorse du pouceEntorse du pouceIl s’agit d’une entorse fréquente, essentiellement au niveau de l’articulation métacarpo phalangienne c'est-à-dire entre le premier métacarpien et la première phalange du pouce. Cette lésion se rencontre fréquemment après une chute sur le pouce, notamment au ski, dans les sports de combat ou dans les sports de ballon.
Cette articulation est essentielle pour la stabilité et la force de la pince pouce index, sa cohésion est assurée par deux ligaments principaux, interne et externe.
Le ligament latéral interne est de loin le plus souvent traumatisé, avec une lésion qui peut aller de la simple élongation à l’arrachement complet. Une lésion mal soignée peut engendrer des douleurs chroniques, voir une limitation fonctionnelle dans les prises de force et une destruction progressive de l’articulation.


2.DIAGNOSTIC :

Cette articulation du pouce devient rapidement gonflée et douloureuse après la chute ou le traumatisme. La mobilisation est très douloureuse. Le médecin retrouvera lors de la palpation une douleur précise sur le ligament concerné, en général sur la face interne de l’articulation. Par des manœuvres adaptées, le médecin recherchera des signes d’instabilité qui évalueront le degré de gravité de cette entorse. En effet, ce n’est pas l’importance de la douleur qui conditionne l’importance de la lésion anatomique. Cette évaluation du degré de gravité est fondamentale car elle conditionne le traitement. Une radiographie sera en général demandée à la recherche d’un arrachement osseux associé. En cas de douleurs et de gonflement important, l’examen peut être difficile c’est pourquoi une attelle de repos peut être mise en place et l’examen remis plusieurs jours après.


3.TRAITEMENT :

  1. en cas d’entorse bénigne, une simple immobilisation pendant quelques semaines par attelle ou strapping peut être mise en place.
  2. en cas d’entorse de gravité moyenne, une immobilisation par attelle, au mieux moulée sur mesure, peut être mise en place pour une durée de six semaines.
  3. en cas d’entorse grave, c'est-à-dire avec instabilité latérale du pouce témoignant d’un arrachement du ligament, une intervention chirurgicale est alors nécessaire afin de réparer les ligaments. Il s’en suivra une immobilisation de quatre à six semaines, suivie d’un programme de rééducation.

4.LA REPARATION CHIRURGICALE :

  • L’hospitalisation : ambulatoire
  • Anesthésie : régionale, seul le bras est endormi
  • Immobilisation : quatre à six semaines.

Par une courte incision latérale, le ligament latéral interne est abordé. Si celui-ci est rompu en plein corps, il sera suturé. Si il est arraché de l’os, il sera réinséré au moyen d’une ou plusieurs ancres intra osseuses résorbables. Une immobilisation par attelle en résine sera mise en place, rapidement remplacée par une attelle sur mesure, immobilisant la première commissure mais laissant libres le poignet et les doigts longs. Le pansement est à changer tous les deux jours par une infirmière pendant 2 semaines. La rééducation est débutée après quatre à six semaines d’immobilisation pour une durée variant suivant les patients de quelques semaines à plusieurs mois.


5.RISQUES APRES L’INTERVENTION :

  1. les douleurs peuvent persister de façon séquellaire, surtout si la prise en charge est effectuée avec retard.
  2. une raideur de la colonne du pouce peut survenir, imprévisible avant l’intervention, et qui varie beaucoup selon les individus.
  3. une infection est toujours possible, mais rare pour ce type d’intervention
  4. une rupture secondaire ou une détente du ligament peut survenir après quelques mois, essentiellement fonction de l’état initial et du délai de prise en charge
  5. l’algoneurodystrophie
  6. une perte de sensibilité peut survenir pendant quelques semaines ou quelques mois sur le dessus du pouce
  7. une limitation de la mobilité et de la force peut persister chez certaines personnes.

6.RISQUES EN CAS DE NON TRAITEMENT D’UNE ENTORSE GRAVE :

Malheureusement, de nombreux patients sont vus à distance de l’accident initial, la gravité de l’entorse n’ayant pas été diagnostiquée, ou le patient s’étant adapté à la gêne initiale. Cette instabilité s’aggrave progressivement, avec apparition d’une arthrose c'est-à-dire une usure du cartilage articulaire entraînant une réapparition ou une augmentation de la douleur avec limitation de la mobilité et perte de l’efficacité de la pince avec le pouce.

Les solutions chirurgicales sont alors différentes, pouvant nécessiter en dernier recours à un blocage définitif de l’articulation.