Vous pouvez prendre RDV pour une consultation :

Syndrome de compression du nerf cubital : opération

Le syndrome du nerf cubital provoque l'absence de sensibilité de l'auriculaire et de la moitié de l'annulaire, ainsi que des difficultés à solliciter la force de la main.

Syndrome de compression du nerf cubital
Partager cette page :

Contrairement au nerf médian du canal carpien, le site de compression du nerf cubital le plus courant est au niveau du bord interne du coude. Moins fréquent que le syndrome du canal carpien, le syndrome du nerf cubital est cependant souvent mal connu et diagnostiqué tardivement.

Symptômes d'une compression du nerf cubital

  • Paresthésie (fourmis), perte de sensibilité dans l'auriculaire et l'annulaire, et sur le bord interne de la main.
  • Diminution de la force de serrage, fonte des muscles de main.
  • Douleurs en remontant sur le bord interne de l'avant bras, au coude et pouvant remonter le long du bras jusqu'à l'épaule et au cou. L'apparition peut-être progressive, ou à la suite d'un traumatisme ou de mouvements inhabituels (sport, déménagement...)

Le diagnostic peut être confirmé par une échographie ou par une IRM en cas de doute. Une IRM ou un arthroscanner de l’épaule en cas de rupture haute peut également être prescrit à la recherche d’une lésion associée des tendons de la coiffe des rotateurs.

Diagnostic du syndrome de compression du nerf cubital

Essentiellement clinique par l’observation de ces symptômes, une douleur à la pression du nerf au niveau du coude peut également être retrouvée.

Un électromyogramme est systématiquement demandé. Cet examen se déroule chez un neurologue, il permet de diagnostiquer une éventuelle compression du nerf. Cependant, cet examen est moins fiable que pour le syndrome du canal carpien, la compression pouvant être dynamique, c’est à dire s’effectuer pendant le mouvement alors que l’examen se réalise au repos. L’électromyogramme ne constitue donc qu’une aide au diagnostic. Les examens d’imageries (radiographies, échographies, IRM ou scanner) ne sont en général pas nécessaires, sauf cas particuliers.

En cas de compression débutante ou peu symptomatique, le traitement est fonctionnel avec éventuellement rééducation, changement de la gestuelle pouvant être responsable de la compression. Un traitement anti-inflammatoire peu éventuellement être prescrit pendant quelques jours. En cas de signes persistants, de gêne fonctionnelle majeure, d’hypoesthésie persistante des doigts ou de compression marquée sur l’électromyogramme, le traitement passe par une opération chirurgicale.

Déroulement de l'opération

  • Durée de l'opération : ambulatoire à 2 jours
  • Anesthésie : loco-régionale
  • Immobilisation : écharpe 8 jours

L'opération consiste à redonner de l’espace au nerf cubital au niveau du coude. L’intervention se déroule sous anesthésie régionale, c’est à dire n’endormant que le bras. Un garrot posé à la racine du bras limite les saignements. Une libération simple du nerf dans sa gouttière est réalisée dans les cas simples.

Si le nerf passe par-dessus l’épitrochlée lors de la flexion du coude (la saillie osseuse interne au niveau du coude, constituant la poulie de réflexion antérieure du nerf), le Dr Philippe Roure réalise une épitrochléectomie, c’est à dire une ablation de cette saillie osseuse de manière à redonner de l’espace au nerf lors du mouvement de flexion du coude.

Suites opératoires d'une décompression du nerf cubital

Une écharpe de repos est à conserver pendant une semaine, les pansements à changer sur la cicatrice tous les deux jours pendant deux semaines.

Un hématome est souvent présent pendant les premières semaines et disparaît progressivement complètement. Les différents symptômes de compression nerveuse disparaissent après quelques jours ou peuvent mettre chez certains patients plusieurs mois avant de s’atténuer. Une rééducation peut être nécessaire 15 jours après l'opération afin de récupérer les amplitudes du coude. L’appui sur le bord interne du coude en regard de la cicatrice peut rester douloureux pendant plusieurs mois.

D'une manière générale, la récupération fonctionnelle est complète si l’intervention a eu lieu précocement.

Complications possibles

  • Infection post opératoire, rare, qui se maîtrise en général aisément lorsque le diagnostic est précoce.
  • Hématome important pouvant nécessiter une évacuation secondaire chirurgicale.
  • Les lésions nerveuses, qui sont exceptionnelles.
  • Une récupération incomplète, fréquente si l’intervention est faite trop tardivement.
  • La récidive, inhabituelle mais toujours possible.
  • L’algodystrophie qui peut également atteindre la main et l’épaule, et qui est imprévisible.
Catégorie(s) associée(s) :coudenerfsmain
Poser une question

Vous souhaitez prendre RDV ou poser une question concernant la compression du nerf cubital :